Accueil > Imagerie médicale > RADIOLOGIE

Radiologie conventionnelle

La radiologie conventionnelle permet de réaliser des images précises des os et des organes internes en faisant traverser une faible quantité de rayons X au niveau de la zone anatomique concernée.

 

La radiologie conventionnelle est utilisée principalement dans le diagnostic et le suivi des problématiques osseuses ainsi que dans certaines indications en imagerie du thorax. 

 

La durée de l'examen radiologique varie de 10 à 30 minutes en fonction de la zone anatomique étudiée et du nombre de clichés nécessaires.

 

L’examen de radiologie conventionnelle ne requiert pas de préparation particulière (sauf pour certains examens nécessitant l’injection/ingestion d'un produit de contraste). Il ne fait pas l’objet de contre-indication majeure ; des précautions sont tout de même à prendre en cas de grossesse.

 

L’interprétation de l’examen radiologique est réalisée par un médecin radiologue ; celle-ci est généralement disponible sur papier une heure après l’examen et consultable sur internet dès le lendemain.  

Radiologie interventionnelle

La radiologie interventionnelle désigne les actes médicaux (diagnostiques et thérapeutiques) réalisés, par un médecin radiologue, sous guidage d’appareils d’imagerie (scanner, échographe, IRM, etc).

 

La radiologie interventionnelle ne nécessite pas d’acte chirurgical lourd et constitue une alternative à la chirurgie quand cela est possible.  Cette technique mini-invasive permet d’intervenir sur des lésions à l’intérieur de l’organisme par le biais de sonde, de cathéter ou d’aiguille.  Il s’agit par exemple d’infiltration ostéo-articulaire (épaule, poignet, etc), de ponction ou encore de biopsie.

 

La durée de l’examen dépend de l’intervention pratiquée et de sa complexité.

 

La radiologie interventionnelle présente l'avantage de diminuer les risques pour le patient et de lui faciliter les soins de suite (post-intervention). Pour certains gestes, elle est réalisée lors d'hospitalisations ambulatoires. 

EOS

L’EOS est un système d’imagerie de dernière génération peu irradiant permettant d’obtenir deux clichés simultanés de face et de profil d’une zone anatomique (rachis, bassin et/ou membres inférieurs) ou du corps entier.

 

A partir des images obtenues, le système EOS génère un modèle 3D et personnalisé du squelette.

 

L’examen est réalisé en position fonctionnelle (debout ou assis), a contrario des techniques actuelles d’imagerie, et permet d’apprécier la réalité des relations entre les différents segments articulaires ainsi que les contraintes liées à la gravité.

 

L’acquisition des images du squelette dans ses 3 dimensions permet d’établir, avec une grande précision, le diagnostic, la planification de traitement et/ou le suivi d’une pathologie.

 

L’examen EOS est indiqué, chez l’enfant et l’adulte, dans le cadre de troubles de la colonne vertébrale (scoliose, problèmes posturaux, pathologies dégénératives ou déformatives, …), du bassin ou des membres inférieurs (genu varum/valgum, genu flessum/recurvatum, coxarthrose, gonarthrose, …).

 

En raison de son caractère faiblement irradiant, il est recommandé pour le suivi des pathologies orthopédiques et ostéo-articulaires de l’enfant.

 

Un examen EOS du corps entier dure quelques secondes (moins de 20 secondes pour un adulte et moins de 15 secondes pour un enfant).

Ostéodensitométrie

L’ostéodensitométrie est un examen d’imagerie permettant de mesurer, grâce à une très faible dose de rayons X, la densité minérale osseuse (DMO), autrement dit le contenu minéral de l’os.

 

Elle est couramment pratiquée pour constater la fragilité osseuse et établir le diagnostic d’ostéoporose ; l’ostéoporose étant caractérisée par une densité minérale osseuse faible et par une altération de la micro-architecture des os, ce qui augmente le risque de fracture.

 

La durée de l’examen est de l’ordre d’une quinzaine de minutes. Il est réalisé sur la base de mesures au niveau du rachis et du col du fémur.

 

L’ostéodensitométrie est indiquée principalement dans le dépistage et le suivi de l’ostéoporose et/ou de fragilités osseuses, et plus généralement pour les femmes ménopausées.

Cet examen est pris en charge, en partie, par la Sécurité Sociale, sur prescription médicale et pour les patients dits à risque(s). Le/la patient(e) avance l'intégralité des frais (sauf ALD, invalidité et CMU).

 

L’interprétation de l’examen ostéodensitométrique est réalisée par un médecin radiologue ; celle-ci est généralement disponible sur papier une heure après l’examen et consultable sur internet dès le lendemain.